L'école de Tursac

Directrice de l'école : Mme Elodie Chochoy - Tél. 05.53.06.97.76

Le formulaire d'inscription est à retirer (ou à télécharger ci-dessous) et à ramener à la mairie après l'avoir rempli, accompagné de toutes les pièces demandées. L'inscription ne sera définitive qu'après l'accord de la direction de l'école et du maire de la commune.

Dossier_inscription.pdf
Document Adobe Acrobat 511.6 KB
Règlement_intérieur_2017.pdf
Document Adobe Acrobat 604.1 KB

  

Les parents, enfants et instituteurs de l'école ont conçu un site internet : 

 http://tursaenciel.jimdo.com 

     

L'école a une salle informatique. Vous pouvez consulter le site où s'exercent les enfants : 

http://lesgouyassous.jimdo.com

L'histoire et l'évolution de l'école

Voici l’histoire de l’école racontée par Monsieur Sourny, instituteur à Tursac de 1947 à 1977, comme il l’expliquait aux élèves de Françoise Sauzedde et de Roger Lapergue en 1991.

 

« En 1841, il y a avait une classe dans une maison privée qui se trouvait sur une falaise dominant la rivière la Vézère. L’instituteur était payé par la commune pour faire traverser la rivière en barque aux enfants. Les parents devaient payer 2 francs par élève et par mois.

 

En 1866, l’école de garçons se trouvait dans une maison qui est aujourd’hui la mairie de Tursac. L’école des filles a été créée en 1872 dans les dépendances du presbytère. Les cours avaient été donnés par les religieuses du Sacré-Cœur.

 

La classe des garçons était trop étroite, alors en 1886, la mairie a acheté la maison d’un marchand de draps pour en faire une école de garçons (à la place du magasin) et l’appartement de l’instituteur. L’école se trouve toujours à l’emplacement du magasin du marchand. Le bâtiment extérieur n’a pas du tout changé, seul l’intérieur a été modifié.

 

En 1889, les filles ont occupé l’ancienne classe des garçons, mais comme c’était encore trop petit, la commune a acheté un terrain pour faire construire une école de filles, qui est aujourd’hui la salle des fêtes. »

 

1935 : Mr et Mme Peyrony, enseignants, 26 élèves, deux classes.

Monsieur Sourny précise : « En 1947, quand je suis arrivé à Tursac, il n’y avait plus qu’une seule classe (garçons et filles étaient ensemble). C’est ce qu’on appelle une classe unique. Quand je suis arrivé, j’avais 35 élèves et quand je suis parti 30 ans plus tard, il n’y en avait plus que 17.

Pendant 30 ans, il n’y a eu que deux changements : un aménagement des WC et la construction de la cantine en 1960. C’était bien pratique car les élèves n’étaient plus obligés d’apporter leur repas. »

 

La deuxième classe a été ouverte à la rentrée de l’année scolaire en septembre 1984. Les maîtres se partageaient les élèves selon l’effectif. La classe de Roger Lapergue était dans la salle des fêtes. Il fallait « déménager », c’est-à-dire enlever tout le matériel à l’occasion des fêtes. Le plancher était en bois et difficile à nettoyer. La classe était sombre et chauffée par un poêle à mazout dont l’odeur était désagréable. La classe n’était pas pratique car toutes les activités devaient se faire dans la même pièce. Les WC qui dataient de 1955 se trouvaient à l’extérieur et très éloignés de la classe. Quant à la classe de Françoise Sauzedde, les murs étaient couverts d’une peinture jaunâtre et on essayait de les cacher avec des dessins. Le sol était du lino tout craqué. La classe était sombre et chauffée par un poêle à mazout que la cuisinière ou le cantonnier venait allumer chaque matin.

L’école a été réaménagée en 1991 sous la direction de l’architecte Sourny, le fils de l’ancien instituteur. Les murs extérieurs sont en pierre et n’ont pas été modifiés. Seul l’intérieur a été réaménagé en tenant compte de la pédagogie des maîtres.

En 2000, c’est le passage de la cantine au bio. C’était une idée des parents et ils se sont organisés pour que ça se réalise. Certains ont préparé des menus en pesant chaque ingrédient afin de référencer la quantité d’aliment par enfant ; un papa a créé un logiciel que la cantinière utilise toujours pour faire les menus, les éditer et passer les commandes.

C’est ainsi que depuis Monsieur Sourny, les enseignants successifs de Tursac pratiquent la pédagogie Freinet et que les adultes savent coopérer pour monter des projets ou soutenir l’école. Souhaitons que cela dure !